Vie de l'association

Canicule : Les Maires mobilisés auprès des personnes les plus sensibles

Région métropolitaine la plus sensible aux hausses des températures, l’Ile-de-France subit le phénomène de l’îlot de chaleur urbain, qui empêche l’air de se refroidir la nuit, la plaçant ainsi en tête des régions les plus touchées par la canicule.

Suite à la poussée exceptionnelle des températures de l’été 2003, qui a entraîné en France une surmortalité estimée à 15 000 décès, un Plan National Canicule (PNC) a été réalisé et est actualisé chaque année. L’objectif du PNC est d’anticiper l’arrivée d’une canicule, de définir les actions à mettre en oeuvre aux niveaux local et national pour prévenir et limiter les effets sanitaires de celles-ci et d’adapter au mieux les mesures de prévention et de gestion au niveau territorial en portant une attention particulière aux populations spécifiques. Les Maires y jouent un rôle primordial par sa mise en oeuvre sur leur territoire. Ils ont pour obligation de mettre à jour un registre nominatif de recensement des personnes fragiles, de recenser les lieux et pièces climatisés ou rafraîchis pouvant accueillir les personnes à risques, de veiller au bon fonctionnement et à l’entretien du réseau d’eau potable, ainsi que de donner aux populations des recommandations à suivre en cas d’épisodes de chaleur.

Si les personnes âgées et les plus jeunes sont les plus ciblées dans la sensibilisation et les actions de mobilisation en période de fortes chaleurs, une frange de la population est régulièrement oubliée : les sans-abris. Leur mortalité est pourtant aussi importante l’été que l’hiver, comme le souligne la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale. Les SDF sont les personnes les plus exposés à la grande chaleur car, si les causes de décès ou de danger sont les mêmes, elles sont accélérées en raison de leurs conditions de vie précaires. L’association rappelle qu’il est essentiel d’ouvrir des capacités d’hébergement supplémentaires et renforcer les équipes de maraudes ; l’ouverture des places uniquement de novembre au 31 mars engendrant des conséquences sanitaires et sociales désastreuses pour les plus exclus. Sur le terrain, les Maires mettent à disposition des bouteilles d’eau pour les sans-abris dans les Espaces Solidarité et Insertion (ESI) et des salles rafraichies dans les Centres Communaux d’Actions Sociales (CCAS). Pour agir en faveur de la protection de ces personnes, des associations vous proposent des gestes qui sauvent à travers des guides comme le réseau social solidaire Entourage : https://blog.entourage.social/2017/06/19/charles-aznavour-avait-tort-la-misere-nest-pas-moins-penible-au-soleil/ 

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn