Élus solidaires d'Ile-de-France

L'ÉLUE SOLIDAIRE DU MOIS : MADELINE DA SILVA, ADJOINTE AU MAIRE DES LILAS (93)

L'ÉLUE SOLIDAIRE DU MOIS : MADELINE DA SILVA, ADJOINTE AU MAIRE DES LILAS (93)Élu solidaire du mois, Madeline Da Silva est Adjointe au Maire depuis 2014. En charge de la Petite Enfance, elle oeuvre quotidiennement pour faire des Lilas une commune plus solidaire. D’abord formatrice aux métiers de la petite enfance, cette mère de famille a accompagné femmes et hommes dans leur changement de vie professionnelle, comme personnelle, à travers le coaching. Femme engagée, Madeline Da Silva milite depuis de nombreuses années pour les droits des femmes et de l’enfant. Entre 2011 et 2015, elle coordonne un collectif contre le projet de fermeture d’une maternité et son transfert dans une autre commune. Elle monte aussi une association pour la mise en place, dans sept commerces de la ville, de « produits suspendus » : payer un produit (café, baguette…) pour le prix de deux afin que les personnes dans le besoin puissent le consommer gratuitement. Cette solidarité s’adresse aux plus démunis, mais aussi aux jeunes étudiants en difficultés, ainsi qu’aux familles nombreuses qui n’arrivent pas à boucler leurs fins de mois difficiles. Elle a également mis en place une givebox (boite à dons), une première en Ile-de-France. Enfin, en août dernier, son combat contre le sexisme en politique a fait force de loi puisqu'un nouvel amendement a été intégré dans la loi de moralisation de la vie publique.

- Pour vous, quelle action solidaire peut favoriser le vivre ensemble ?

Je prône une vision de la politique, au sein de laquelle la transparence et l’éthique sont les valeurs principales. À mon sens, informer, expliquer, même lorsqu’il y a désaccord, est le seul moyen de montrer que la politique est au service des citoyens. Redonner sa place à la parole citoyenne est fondamental. Pour innover, pour penser les choses avec recul, il faut rencontrer, s’exposer, confronter ses idées et surtout faire ensemble. C’est d’autant plus important que je souhaite m’adresser aux générations futures. Ainsi, un conseil local des droits de l’enfant sera créé très prochainement pour accueillir les familles de la commune lors de conférences et débats.

- Dans votre commune, la solidarité s’exprime à travers quel(s) projet(s) innovant(s) ?

De nombreuses actions innovantes ont été mises en place dans la ville. Je souhaitais, par exemple, que l'une d'elles permette aux femmes d’exister dans leur diversité et avec leurs différentes casquettes. Pour exemple, les séances de cinéma à destination des parents touchent, plus particulièrement, les mères : elles permettent aux femmes de maintenir une vie sociale pendant leur congé maternité et de lutter contre le post-partum. Ces séances proposent un film avec un son réduit, une lumière tamisée et un espace aménagé pour les enfants lilasiens grâce aux tapis d’éveil, tapis de change et chauffes biberon.

Dans mon travail d’élue, je souhaite à la fois être présente pour les enfants de la ville, mais aussi rester connectée à la situation des enfants dans le monde. C’est pourquoi, dans le cadre de la journée internationale des droits de l’enfant, la municipalité a souhaité réaliser un programme audio de soutien aux jeunes enfants Syriens.

- Entre ressources et contraintes, comment mener à bien ce type de projet? Quels sont les principaux obstacles rencontrés et les leviers identifiés pour les surmonter?

Le titre « Ville amie des enfants » décerné par l’UNICEF en novembre 2016 est un véritable exemple de projet solidaire. Pour la commune, aller chercher ce titre était un objectif, mais c’est le chemin parcouru qui a été le plus intéressant. Il a fallu faire travailler tous les services municipaux ensemble, se mettre autour de la table, réfléchir à l’existant, penser le futur et même le rêver. Participer à un tel projet est déjà une réussite. 

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn