Référents de la Commission Education

Chantal BRAULT, Premier Maire Adjoint déléguée à la Politique familiale, la Petite enfance, la Vie scolaire et périscolaire, la Jeunesse et la Prévention, l'Engagement citoyen et aux Relations internationales, Sceaux (92)

 Depuis 2001, Chantal Brault est Premier Maire adjoint de Sceaux déléguée à la politique familiale, à la petite enfance, la vie scolaire et périscolaire, à la jeunesse et à la prévention, à l’engagement citoyen et aux relations internationales. Successivement, auditeur de l’Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale (IHEDN), correspondant Défense, puis remplaçante au Conseil départemental des Hauts-de-Seine, elle fut également Conseillère régionale d’Ile-de-France de 2004 à 2010. Enfin, Chevalier de la légion d’honneur, Chantal Brault a occupé le poste de Présidente du réseau Petite enfance des Hauts-de-Seine et est actuellement conseillère territoriale Vallée Sud - Grand Paris. 

Inès de MARCILLAC, Adjointe au Maire en charge de l'Education et de la Restauration Municipale, Chatou (78) - @IMarcillac

Originaire de la région Toulousaine, Inès de Marcillac débute sa carrière dans les secteurs du commerce et de l’évènementiel. Choisissant de privilégier sa vie de famille, elle s’investit dans une association de parents d’élèves, la PEEP. En 2014, forte de son expérience à la présidence de la PEEP de la ville de Chatou, elle rejoint l’équipe municipale en place. Suite à la réélection du Maire, Inès de Marcillac devient Adjointe au Maire déléguée à la vie scolaire et des activités péri et extrascolaires. Convaincue de l’importance de l’Education dans notre société, elle explique que « J’ai aujourd’hui la chance d’être au cœur de la mise en œuvre d’une politique éducative dont les axes essentiels sont d’une part, le respect du principe de coéducation au travers duquel chacun a une place reconnue et légitime et d’autre part, de veiller à la cohérence des différents temps de l‘enfant (scolaire, périscolaire et extrascolaire). Il y a aussi un enjeu transversal essentiel lié à la cohésion sociale et à l’autonomie de nos futurs citoyens, autant d’objectifs que nos débats en commission au sein de l’AMIF nous permettent d’enrichir. »    

Education

L’AMIF soutient le programme « Un Fruit pour la récré » au Salon de l’Agriculture

Lors du Salon international de l’Agriculture, Chantal BRAULT, Premier Adjoint à Sceaux (92) et référente de la « Commission Education » de l'AMIF, a participé à la réunion « Un fruit pour la récré » organisée par INTERFEL. Destinée en priorité aux collectivités territoriales et aux professionnels de la filière fruits et légumes, cette opération vise à financer la distribution de fruits et légumes aux plus jeunes, afin d'encourager l'adoption d'habitudes alimentaires saines, de lutter contre les problèmes de santé liés à la surcharge pondérale et à l'obésité infantile. Lors de ces échanges, plusieurs questions ont été abordées : celles du financement pour les collectivités, du partenariat avec les fournisseurs (appels d'offre) ainsi que des relations avec l'Education nationale et les parents.

Un enjeu de santé publique

En 2016, un tiers des enfants européens de 6 à 9 ans était en surpoids selon la société scientifique United European Gastroenterology (UEG). Selon les experts, si la progression continue à ce rythme, le nombre d’enfants en surpoids dans le monde pourrait presque doubler d’ici à 2025, passant de 41 millions à 70 millions. En France, un enfant sur cinq est en surpoids (1,7 million) et 3,5% sont en situation d’obésité (450 000). Quant à l’Ile-de-France, la prévalence de l’excès de poids est passée de 10 % à 17% entre 2005 et 2010. Or, une situation de surpoids peut avoir des conséquences graves sur l’avenir des enfants : il augmente les risques d’obésité une fois adulte et de maladies inflammatoires de l’intestin ou hépatiques. Les répercussions peuvent également être émotionnelles, avec un risque accru de dépression à l’adolescence.

Le programme européen « Un Fruit pour la Récré »

Lancé en 2008, par le Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, le programme « Un fruit pour la récré » permet d’organiser dans les communes participantes des distributions aux élèves du primaire et du secondaire. Ce programme a défini l’objectif de consommation supplémentaire à 6 fruits ou légumes minimum par enfant et par trimestre scolaire, en complément de ceux donnés en restauration collective.

Le Programme National Nutrition Santé abonde en ce sens en recommandant de consommer au moins 5 fruits et légumes différents par personne et par jour pour réduire l’obésité chez les plus jeunes. L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) a ainsi montré que :
- la consommation moyenne de fruits et de légumes des Français reste insuffisante,
- le déficit est particulièrement important chez les jeunes et les personnes de milieux défavorisés.

Un maximum de 6 distributions de fruits et légumes, dont les 2/3 minimum en frais (entiers, prédécoupés, pressés ou transformés sur place : cuits, sous forme de purées, de jus ou de soupes), et une action d’accompagnement pédagogique seront exigés par trimestre. Pour l’année scolaire 2016-2017, le coût moyen d’une distribution de fruits et légumes est estimé à minimum 0,43 euros par élève et par trimestre, déduction faite du cofinancement européen de 76%.

Les actions innovantes des municipalités

Grâce à ce programme, les municipalités ont pu développer des actions originales pour habituer les enfants à développer des habitudes alimentaires saines. La Maire d’Enghien-les-Bains (95), Marie-France CHABANEL, a présenté la semaine Fraîch’Attitude. Depuis plus de 10 ans, la municipalité organise au coeur de la ville des animations avec une nutritionniste sur le thème des fruits et légumes avec des dégustations à la clé. Coumba DIOUKHANE, Adjoint au Maire en charge de l’Enseignement à Evreux (27), a expliqué que la mairie organise des visites pour les enfants et les parents de la cuisine centrale de la cantine pou ôter la mauvaise image souvent véhiculée des restaurations scolaires. Ainsi, à travers ce programme européen, les Maires peuvent casser les idées reçues sur la cantine, jouer un rôle dans l’adoption d’habitudes alimentaires saines chez les enfants et leur connaissance des produits du terroir et de l’environnement, ainsi qu’aider l’agriculture locale à se développer.

L’AMIF soutient le programme « Un Fruit pour la récré » au Salon de l’Agriculture

Retrouvez ci-dessous les documents pour participer au programme "Un Fruit pour la Récré" : 

 
Vous pouvez également télécharger la plaquette d'informations ci-après : https://we.tl/HlKfnynzH5

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn