Référents de la Commission Développement économique

Christian ROBACHE, Maire de Montévrain (77) - @C_Robache

Spécialisé dans le domaine de l’informatique, Christian Robache a débuté une carrière dans les collectivités locales, notamment en charge des questions de mutualisation et de rationalisation des organisations. Ancien conseiller municipal de la ville de Changis-sur-Marne, en 2009, il a été élu Adjoint au Maire de Montévrain en charge des travaux. En 2011, lors des élections municipales anticipées, il devient Maire de Montévrain. Puis, il est reconduit pour un second mandat en 2014. Christian Robache est également Président de la Société d’Economie Mixte de Montévrain (SEMM), Vice-président de la Communauté d’Agglomération de Marne et Gondoire depuis 2013, Vice-président du Syndicat de traitement des Ordures Ménagères (SIETREM) et Vice-président du GEDEM 77. A l’AMIF, outre sa fonction de référent, il est également Trésorier de l’association depuis 2014.

 

Stéphanie DAUMIN, Maire de Chevilly-Larue (94) - @StephanieDaumin

Ingénieure territoriale en développement des territoires, elle devient Maire de Chevilly-Larue en 2014 après avoir occupé la fonction de Maire adjointe pendant 6 ans. Elle est par ailleurs 1ère Vice-Présidente de l’EPT Grand Orly Seine Bièvre sur les enjeux de transition énergétique, les déchets et le territoire aéroportuaire d’Orly. Elle a été élue Présidente du Syndicat mixte de la Cité de la Gastronomie Paris Rungis en juillet dernier, dans le cadre de l’inscription au patrimoine mondial immatériel de l’Humanité du repas gastronomique des Français.

 

Développement économique

L’AMIF lance une enquête sur l’avenir pour le commerce de centre-ville en Ile-de-France

En France, entre 1975 et 2007, 20% des aires urbaines ont vu leur nombre d’habitants décliner, et ce processus s’accélère. Les villes les plus touchées sont de taille moyenne, les trois quarts ont moins de 50 000 habitants. Ces villes atteignent des taux de vacance de 12 à 13% de leurs commerces. Les centres-villes se dépeuplent de leurs habitants et de leurs commerçants au grand damne des élus. Ils comptent également de nombreux logements vacants et sont occupés par une population très jeune ou âgée, souvent plus défavorisée que la moyenne. Le coeur de ville subit également la périphérisation des services, notamment des services médicaux, ainsi que la concurrence des centres commerciaux. L’étalement urbain contribue ainsi à vider progressivement les centres villes et à déséquilibrer l’espace urbain, au détriment de l’agriculture et de l’environnement.

Aujourd’hui, la revitalisation ne semble plus pouvoir se concevoir uniquement sous le prisme du commerce et du stationnement. Allant bien au-delà, depuis plusieurs années, les collectivités travaillent sur le dynamisme de leur centre-ville par le biais de nombreux outils tels que l’aménagement du territoire, les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU), le travail avec les associations, la piétonisation, la mise en valeur du patrimoine, la promotion de la mixité socio-économique ou encore l’accessibilité.

Dans le cadre de la Commission Développement économique, l’AMIF a lancé une grande enquête auprès des communes franciliennes. Elle permettra de mieux identifier les difficultés que rencontrent les élus locaux, mais aussi les solutions et les innovations mises en place par les Maires d’Ile-de-France.

Pour répondre à l'enquête, cliquez sur le lien suivant : enquête centre-ville

 

Pour partager cet article sur les réseaux sociaux :

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn